En observant mes créations et autres bibelots conçus de mes mains et de mon obstination, je cherche un fil conducteur.

Je ne sais plus vraiment comment me présenter. En effet, depuis 3 ans il me semble indispensable voire impossible de créer autrement que de manière éco-responsable.

Mais que dire alors de mes toiles ? Car même si j’y mêle récup et matériaux naturels, je n’arrive pas à me passer de peinture acrylique. Dans cette dernière, il y’a très souvent des composants pas très inoffensifs pour l’environnement, mais d’un autre côté la peinture dite écologique est plutôt chère. Tout cela pour dire que je ne me sens pas très satisfaite des matériaux que j’utilise.

Mais revenons à nos moutons. Quelques choses doit tout de même relier mes réalisations entre elles. Si ce n’est pas toujours le mode opératoire quand est-il de l’intention, de l’esprit que j’y introduis ? A demi-consciente je recherche le respect de l’être humain, de son environnement, le respect du temps aussi.

Que dire simplement de mon travail par exemple. Je crée à mon rythme en respectant d’abord le bien être de ma famille et le mien aussi. Je crée artisanalement, lentement, non à la chaîne. Chaque objet est le reflet d’un moment précis, d’une envie instantanée. Et puis dans cette vie saccadée  où le monde tremble, crie au scandale, court derrière le temps, où l’empathie a été balayée par l’individualisme, Il nous faut savoir aménager des espaces de respiration.

Je réalise que mes réalisation sont des rappels aux hommes, telles des pauses sur la réalité que l’on a plus le temps de contempler. Attention je parle de réalité non d’un idéal lointain. La réalité est déjà su belle en soi quand on prend le risque de dépoussiérer ses yeux.

S’arrêter de courir un instant pour voir ce qui est là, ce qui ce qui existe : voilà ce qui m’anime. Je ne vous cache pas que c’est déjà pour mon propre salut que je veux cette démarche. Car moi-même, pas moins qu’une autre personne, me laisserai vite emporter par le tourbillon de vie sans avoir eu l’instinct d’en sentir son parfum.

C’est peu être un peu candide mais je désire révéler sans scandale juste avec un peu de poésie…